Chesade

Les animaux émerveillent, ils sont à l’image de la nature : énigmatiques,émouvants … Mais leur milieux sauvage est fragile… Pour chésade toute cette beauté est précieuse, avec ses sculptures, elle capte la réalité animale sur le vif grâce à un volume saisissant et une matière qui transfigure le vivant par l’imaginaire.

Transmettre l’émotion de la rencontre animale à la fois forte et subtile est devenu une vocation.

 Chésade de son nom civil Florence de FLAGHAC vit entre Paris et L’Indre et Loire où elle côtoie le monde de la chasse, elle aime la poésie de ses animaux sauvages.

Après des Classes Préparatoires Littéraires puis Sciences-Po, elle intègre  l’Ecole des Beaux Arts  de Paris (ENSBA) en sculpture dans l’atelier « modèle vivant » terre et bronze de Calka.

Elle approfondit ensuite son itinéraire de peintre et de sculpteur tout en participant à de nombreuses expositions à Londres et en France où son travail de pièces uniques d’exception en bronze est remarqué par des collectionneurs privés. L’ensemble de son œuvre animalière a été honoré par le prestigieux prix SANDOZE en 2012.

Elle a également été récompensée par la Médaille d’or du Salon National des Artistes Animaliers Français en 2009 et réalisé le Trophée Equestre du grand prix d’Amérique en 2010.

Elle est régulièrement sélectionnée pour exposer aux Biennales du Musée de la Marine de Paris où elle a remporté plusieurs prix de sculpture.

« Pour moi sculpter c’est en quelque sorte  « toucher la vie », il n’est pas question d’enfermer celle- ci dans une imitation naturaliste toujours imparfaite, mais d’avoir une vision poétique ».

« Je me suis beaucoup consacrée à la beauté sous marine, un univers époustouflant si peu exprimé dans l’art.

Le plus souvent je procède en réalisant mes bronzes à cire directe, pour obtenir une pièce unique en bronze par le procédé de la cire perdue, cette méthode préserve l’énergie de la création et toute la qualité de la définition des détails. J’achève moi-même toutes mes pièces en bronze par des patines naturelles chaudes et subtiles. »

«  Un animal culte ? L’hippocampe, le roi des mers en voie de disparition, sa forme gracieuse évolue en suspension comme par magie, c’est un être improbable, une sorte d’ange dont la rencontre porte bonheur… »

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •